La slow information pour l’eau

Publié le dans Ma vision de l'eau.

Panneau piste cyclable dans un parc

Nous sommes dans une société de l’instantané et du zapping. Face ce rythme fou , le mouvement slow invite à faire sienne la maxime « qui va piano, via sano » (qui va lentement, va sainement). Il y avait déjà la slow food (bien manger), le slow design (décoration écolo-éthique), les Cittaslow (urbanisme à visage humain) et même le slow sex… Désormais, il y a la slow information.  Gilles Luneau est le fondateur de ce concept.

Gilles Luneau explique que la  slow information, c’est l’information que l’on analyse dans son contexte et dans l’histoire du sujet. Pour lui, c’est aussi une réaction face face aux dysfonctionnements du journalisme sous les diktats de l’urgence, de l’émotion, du sensationnel…Egalement fondateur de Globalmagazine qui expérimente cette  façon d’informer, il affirme qu’il y a une véritable demande en ce sens qui émerge.  Chacun veut désormais participer aux décisions qui pèseront sur sa vie quotidienne. C’est pourquoi il  faut des clefs de lecture, des mises en perspective et un tri entre l’information qui a du sens et de la portée de celle qui encombre.

Au travers de son propos, c’est la déontologie de l’information pour laquelle milite Gilles Luneau.  A savoir : une presse d’information ne doit pas distraire mais informer, un journal doit fournir un décryptage géopolique et suffisamment d’espace pour rendre compte  et un journaliste doit avoir du temps pour enquêter, lire, discuter et réfléchir.

Le Centre d’information sur l’eau participe (sans le savoir !)  à ce mouvement de slow information . Se documenter, rendre compréhensibles à tous  les informations , écouter les experts pour comprendre les enjeux et les divergences, fournir les clés d’un débat en cours, donner toute leur place aux informations au travers d’outils thématiques… autant de régles que nous nous sommes donnés depuis longtemps et qui semblent donc toujours d’actualité. Le Centre d’information sur l’eau partage également ce besoin de travailler avec des journalistes adeptes de la slow information. Car l’eau intéresse tout le monde mais  reste un sujet difficile à appréhender car très technique et souvent sujet à débat car au croisement de thématiques aussi diverses que la santé, l’environnement, l’énergie, l’économie, la géopolitique, la politique… 

© Delphimages – Fotolia.com

 

Mots-clés : , , , , ,

Laisser son avis

XHTML: Vous pouvez utiliser : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>