Des solutions au Forum mondial de l’eau

Publié le dans Evènements, Planète.

La cérémonie d’ouverture du Forum mondial de l’eau est déjà loin. En une semaine, plus de 400 sessions et débats ont réunis des milliers d’acteurs de l’eau, représentants gouvernementaux, parlementaires, élus locaux, société civile, humanitaires, bailleurs de fonds, entreprises, universitaires, chercheurs, jeunes… Pour échanger, s’opposer, se faire confiance, collaborer avant de proposer leurs engagements à appliquer des solutions . Plus de 140 pays ont été représentés : de la Chine au Luxembourg, en passant par le Boutan, l’Ethiopie,  l’Arménie, le Danemark, la Géorgie ou l’Ouganda.

Des engagements peuvent être pris à l’échelle d’une région ou d’un pays. Tandis que d’autres impliquent plusieurs pays, voire un continent tout entier. Les uns portent sur la mise en œuvre du droit à l’eau et à l’assainissement. D’autres sur la gouvernance de l’eau. D’autres encore sur la reconquête de la qualité de la ressource. La difficulté d’en rendre compte est réelle. En effet, si certains engagements sont très concrets, d’autres, en revanche, ne sont qu’à l’état d’études, de projets, car certains sujets restent encore à défricher. Exemples parmi d’autres.

1) Les élèves du lycée Marseilleveyre de Marseille s’engagent comme “sentinelles de l’eau”

2) Les directeurs des agences de l’eau françaises et de l’Onema s’engagent à aider notamment les collectivités locales  qui développent l’accès à l’eau et à l’assainissement pour les personnes sans domicile fixe ou les gens du voyage,  à octroyer 20 millions d’euros par an pour des actions de coopération internationale d’ici 2015, et à protéger 60 000 ha de zones humides d’ici 2018.

3) Le Parlement mondial des jeunes pour l’eau crée un passeport bleu et s’engage pour l’éducation des jeunes.

4) Les opérateurs privés de services d’eau et d’assainissement s’engagent à respecter les contrats ou les licences passées avec les autorités publiques et dans lesquelles il y a des obligations concrètes pour toutes les parties, à participer à l’effort vers plus de transparence et d’intégrité, à lutter contre la corruption et à assurer des services durables disposant de financements durables.

5) EDF annonce qu’elle s’engage à évaluer l’empreinte eau de chaque nouveau projet d’hydroélectricité.

6) Le Conseil mondial de l’eau s’engage à intégrer dans son board trois personnes de moins de 35 ans; il donnera les moyens à la Fondation des écoles de l’eau pour que plus jamais une école ne se construise sans eau et sans assainissement

N’oublions pas non plus la plateforme des solutions qui restera en ligne.

 

Photo ©Le centre d’information sur l’eau

Mots-clés : , , , , , , ,

Laisser son avis

XHTML: Vous pouvez utiliser : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>