Le jardin sans eau

Publié le dans Pratique.

Mi juillet 2015, 30 départements, dont 10 en situation de crise, sont soumis à des mesures de restriction en eau et 34 autres sont déclarés en vigilance sécheresse. L’arrosage des jardins devient problématique d’autant que, comme la pluie n’est pas tombée depuis longtemps, les jardiniers ayant installé un récupérateur d’eau, ne sont pas mieux pourvus. C’est le moment de réfléchir à un jardin sans eau et sans arrosage.

Economiser l’eau avec la pratique du xéropaysagisme

Cette pratique du xéropaysagisme (du grec “xeros” : sec) est une pratique paysagère consistant à aménager son jardin avec des espèces peu ou pas consommatrices d’eau. Elle permet de faire entre 25 et 90 % d’économie d’eau.

L’aménagement est primordial. Par exemple, il faut prévoir de mettre les plantes les plus gourmandes en eau aux étages inférieurs afin de bénéficier du ruissellement naturel de l’eau. Il faut également le plus possible planter à l’ombre ou l’abri du vent pour éviter l’évaporation. Le paillis sera disposé partout pour retenir l’eau.

Vient ensuite le choix des plantes. Il faut tout d’abord choisir un gazon qui résistera à un faible arrosage. Les plantes aromatiques (sauge, thym, origan, mélisse…) s’imposent car elles sont résistantes à la sécheresse. Même sans eau, la présence de fleurs est possible avec les iris, les pavots ou bien sûr la lavande. Pour les arbustes, il faut privilégier le buddeleia, l’armoise ou encore la cytise.  Pour les arbres, vous aurez le choix entre les palmiers, les mimosa, les saules ou les conifères.

 

Mots-clés : , , , , ,

Laisser son avis

XHTML: Vous pouvez utiliser : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>