L’eau de pluie, une fausse bonne idée ?

Publié le dans Mes actes au quotidien, Santé.

En cette période de sécheresse, chacun réfléchit à la solution alternative qui lui permettra de moins solliciter les ressources en eau. Si vous êtes sur le point d’investir dans un récupérateur d’eau de pluie, lisez ce qui suit pour écarter tout risque pour votre santé. Certes, l’eau de pluie tombe du ciel mais elle est loin d’être pure. Elle est davantage dégradée au voisinage des villes (incinération des ordures ménagères, hydrocarbures…), des zones industrielles (métaux lourds, solvants…) ou agricoles (pesticides, nitrates…). La proximité de la mer influence également la composition de l’eau de pluie. Sur la côte Atlantique, les concentrations en sel peuvent atteindre 10mg/l. Au cours de son ruissellement sur la toiture, l’eau de pluie peut aussi se charger en déchets végétaux, déjections animales, suie, polluants aéroportés, micro-organismes… Ensuite, dans les gouttières et les cuves de stockage, la qualité de l’eau de pluie peut s’altérer. Cette dégradation sera d’autant plus importante que les conditions de température et de luminosité seront favorables à la croissance des micro-organismes (Salmonella , Shigella Vibrio, Clostridium, Pseudomonas, Legionella, Campylobacter, Cryptosporidium), des endotoxines de moisissures, des algues, des insectes… Dans certains cas, le stockage de l’eau en cuve peut conduire au développement du virus chikungunya et à la transmission d’épizootie. Les voies d’exposition sont variées : ingestion accidentelle au robinet du jardin, inhalation via les aérosols formés lors d’un jet, exposition cutanée…Des épidémies ou des cas de diarrhée, de gastro-entérite, de légionellose, de botulisme et de parasitose ont été signalés dans des foyers alimentés en eau non traitée. Soyez donc vigilants et réservez l’eau de pluie à des usages à l’extérieur de votre habitation comme le lavage de la voiture ou l’arrosage des pelouses.

 

 

 

© Morad HEGUI – Fotolia.com

Mots-clés : , , , , , , ,

6 commentaires

  1. Heine Cédric 23 septembre 2016 à 7 h 17 min

    Peut-être interessant mais je cherche de l’information sur le sujet, ici aucunes sources n’est citée, et l’article ne parle pas des filtres… Bref, au final, pas sérieux comme info…

    Répondre
    • Marillys Macé 29 mai 2017 à 9 h 09 min

      Monsieur,
      Merci d’avoir consulté mon blog.
      Ce texte ne parle effectivement pas des filtres puisqu’il a pour objectif de prévenir des risques qui pourraient être pris à utiliser telles quelles des eaux de pluies. Si vous rechercher des informations plus techniques ou encyclopédiques, il vous faudra aller sur des sites commerciaux et sur Légifrance pour consulter les différents arrêtés et normes en ce domaine.
      Cordialement

      Répondre
      • Heine Cédric 8 octobre 2017 à 9 h 28 min

        Bonjour,
        Après de longues recherches je me rend compte de la difficulté de réunir des informations sérieuses avec sources vérifiables.
        J’ai pourtant quand même pris la décision de récolter mon eau de pluie pour la douche, les toilettes, le lave linge.
        Mais l’eau est filtrée grossièrement avant la citerne de décantation, dont le trop plein tombe dans la citerne finale pour chaque passage dans une citerne j’ai placé un système anti-remous afin que les déchets qui coulent restent bien dans le fond. et le trop plein ne fait pas non plus passer ce qui flotte. A l »aide d’un flotteur ma pompe n’aspire ni ce qui flotte ni ce qui est dans le fond.
        Ensuite j’ai un filtre 25 micron, un filtre au charbon, et un filtre UV. Je ne craint ainsi plus les virus et bactéries…
        Ceci dit je ne la boit pas encore, d’autre polutions ne sont pas traitées… Mais je vais peut être brancher le lave vaisselle.

        Répondre
  2. Bertrand 12 mai 2017 à 13 h 21 min

    C’est vrai que l’article est un peu à charge et ne développe pas vraiment les options très intéressantes qu’offre la récupération des eaux pluviales.
    Cet article a certainement été écrit par une connasse 🙂

    Répondre
    • Marillys Macé 29 mai 2017 à 9 h 03 min

      Monsieur,
      Votre commentaire ayant un caractère insultant à mon encontre et très clairement à l’encontre des femmes en général, je vous informe que j’ai saisi un avocat . Je vous rappelle qu’une injure publique à caractère sexiste est punie par la loi : amende pouvant s’élever à 45 000€ et 1 an de prison.

      Répondre
  3. internaute désolé 1 juin 2017 à 12 h 42 min

    Madame,
    je viens vous présenter des excuses.

    Je suis à l’origine de ce commentaire stupide et je le regrette, si vous avez essayé de me contacter vous aurez compris qu’il s’agit d’une adresse mail fictive, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle je n’imaginais pas que ce commentaire soit publié en l’état, sans une vérification d’adresse préalable, qui aurait occasioné son annulation.

    Ce commentaire rédigé dans un élan de bêtise ne vous était pas personnellement destiné, il est totalement infondé et gratuit car à nouveau, je ne pensais pas qu’il puisse être directement visible ! les identifiants étants renseignés au hasard, je n’avais pas la possibilité de me reconnecter pour le supprimer.

    j’ai conscience du caractère blessant du terme et je m’excuse sincèrement qu’il soit apparu publiquement sur votre blog mais n’y voyez pas un aspect sexiste, il s’accorde également très bien au masculin… j’en suis la preuve aujourd’hui.

    C’était idiot et irréfléchi de ma part, j’en conviens…
    C’est pourquoi, je vous prie d’accepter mes plus plates excuses.

    Répondre

Laisser son avis

XHTML: Vous pouvez utiliser : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>